• 56 rue Jean Moulin - 45210 Fontenay-sur-Loing
  • 06 87 27 02 35
  • Contactez-nous
Arrêter de fumer

L'arrêt du tabac

Arrêter de fumer par l'hypnose

Contrairement à certains traitements pour arrêter de fumer, l’hypnose ne provoque aucun stress au patient qui sera donc détendu et motivé pour arrêter de fumer.

  • Nombre de séance(s) : 2.
  • Durée du protocole : Une 1ère séance de 2h30 à 3h et une 2ème séance d'1 heure.
  • Coût du protocole complet : 200 €.

Lors d’une séance d’hypnose, on intervient sur ce conflit intérieur et on obtient de bons résultats. Mais lorsque l’on agit également sur l’historique du fumeur, sa relation personnelle avec le tabac, et sur ses propres croyances, on obtient de meilleurs résultats sans les effets secondaires qui y sont habituellement associés (nervosité, prise de poids, stress, manque…).

Plus qu’un simple changement comportemental, la méthode consiste aussi à venir à bout de toutes les convictions. Il est toujours aussi étonnant d’entendre un fumeur dire qu’il a peur d’arrêter de fumer… alors que c’est de fumer dont il devrait avoir peur. Pour lui, la cigarette fait partie intégrante de sa personnalité donc de sa vie. Souvent même, il s’est persuadé qu’elle lui sert à se concentrer, à se détendre, voire à ce qu’elle lui procure du plaisir… un plaisir mortel qui mène 1 fumeur sur 2 à la mort, du simple fait de son tabagisme.

1ère séance (2h30-3h)

  • Environ 1h30 pour comprendre le mécanisme.
  • Environ 40 minutes d'hypnose.
  • Environ 15 minutes sur vos impressions.

2ème séance (1h)

  • Retour sur ce qui s’est passé entre les 2 rdv + hypnose de consolidation du résultat.

Après 20 minutes

  • La tension artérielle redevient normale
  • Le pouls redevient normal
  • La température des pieds et des mains redevient normale

Après 24 heures

  • Le monoxyde de carbone est complètement éliminé de l’organisme
  • Les poumons commencent à rejeter les résidus de fumée
  • Le risque de crise cardiaque diminue, l’odorat et le goût s’améliorent

Après 72 heures

  • Les bronches se relâchent, la respiration s’améliore
  • La capacité pulmonaire s’accroît
  • L’énergie augmente

Entre 2 semaines et 3 mois

  • La circulation sanguine s’améliore
  • La marche devient plus facile
  • Le fonctionnement des poumons peut s’améliorer jusqu’à 30%

Entre 1 et 9 mois

  • La toux, la congestion nasale, la fatigue et l’essoufflement diminuent
  • La voix devient plus claire
  • Les cils vibratoires dans les poumons se régénèrent et la capacité de l’organisme, à éliminer le mucus, à purifier les poumons et à combattre l’infection, s'accroît considérablement
  • Le corps reprend de l’énergie

Après 5 ans

  • Le risque de cancer de la bouche, de la gorge, et de l’œsophage diminue de moitié, tout comme le taux de mortalité lié au cancer du poumon
  • Le risque d’accident vasculaire cérébral diminue et devient comparable à celui d’un non fumeur

Après 10 ans

  • Le risque de mortalité lié au cancer du poumon est comparable à celui d’un non fumeur
  • Les cellules précancéreuses sont remplacées par des cellules saines
  • Le risque de cancer de la bouche, de la gorge, de l’œsophage, de la vessie et du pancréas diminue les cellules précancéreuses sont remplacées par des cellules saines
  • Les risques de cancer de la bouche, de la gorge, de l’œsophage, de la vessie et du pancréas diminuent

Après 15 ans

  • Le risque d’accident coronarien est semblable à celui d’un non fumeur

200 € les 2 séances

2h30 à 3h pour la 1ère séance et 1h pour la 2ème séance.

Tous les fumeurs espèrent que leurs enfants ne commenceront pas, ce qui veut dire qu’ils auraient préféré ne pas commencer eux-mêmes. Si vous avez déjà essayé d’arrêter de fumer et que vous fumez toujours ce n’est pas par choix mais parce que vos essais pour arrêter ont échoué. A choisir, les fumeurs préféreraient tous être non-fumeurs. Qu’est-ce qui les en empêche ?

Souvent ce qui les en empêchent c'est un tas d'idées reçues comme :

  • « Je ne peux pas boire sans fumer une cigarette »
  • « Je suis très angoissé quand je ne peux pas fumer »
  • « Je ne peux pas imaginer un repas sans une cigarette »
  • « Je panique si je m’aperçois que j’ai peu de cigarettes »
  • « Je ne peux pas me relaxer, sans une cigarette »
  • « J’ai besoin d’une cigarette face au stress et aux contraintes de la vie »
  • « Lorsque j’ai arrêté de fumer, j’étais irritable et je n’arrivais plus à me concentrer »
  • « j’ai peur si je m’arrête de ressentir ce manque toute ma vie »

Vous voulez arrêter, mais vous pensez que ce sera difficile et vous craignez l’échec. Après tout c’est normal, car vous avez déjà essayé des tas de fois, sans réussir, vous avez sans doute utilisé des substituts de nicotine comme les patchs ou les chewing-gums ou tout simplement votre volonté. Et rien ne marche ! Vous pensez sans doute que c’est difficile ou même impossible. C’est parce que vous n’avez pas encore trouvé la bonne méthode...

Pour arrêter de fumer, votre motivation est une composante indispensable.
Ne cherchez pas dans l'hypnose une solution miracle qui vous dispenserait de tout engagement personnel, mais ne croyez pas non plus que va être exigé de vous un effort de volonté démesuré. Il est important de savoir que votre motivation doit être claire et précise. Si vous voulez "essayer" l’hypnose pour voir, alors la démarche est inutile. L’hypnose agit puissamment avec les patients profondément motivés pour le changement de vie qu’entraîne l’arrêt du tabac.
Il est nécessaire d’être réellement prêt et désireux d’accepter ce changement. Comme dans toutes les activités humaines, seule la constance et le désir sincère de réussir vous permettront d’accéder à votre souhait de succès.
Vous pouvez arrêter de croire à tout effet "magique" ! Si l’hypnose est fantastique comme moyen d’intervention elle ne peut en aucun cas se substituer à un manque de motivation.

Tout le monde est hypnotisable, à l’exception de ceux qui refusent de l’être. Simplement certaines personnes réagiront plus vite et plus profondément que d’autres. De plus, il n’est pas nécessaire d’y croire pour entrer en état d’hypnose.

Vous ne pouvez être hypnotisé contre votre gré ou vos convictions. En état d’hypnose, vous êtes conscient et vous êtes libre de vos choix.

Après chaque transe, vous revenez à l’état normal de non transe comme l’on se réveille après une nuit de sommeil. D’ailleurs une personne hypnotisée n’est pas endormie et elle est prête à réagir en cas d’évènement important. La plupart du temps, c’est la personne qui ne veut pas revenir dans la réalité car un état hypnotique agréable peut donner envie d’y rester pour en profiter un peu plus.

Malgré l’origine grecque du mot "hypnos" signifiant “sommeil”, l’hypnose n’a en réalité rien en commun avec le sommeil, pas plus qu’avec l’état d’éveil ordinaire.
La personne qui vit la transe hypnotique ne dort pas, ni même ne dit ce qu'elle ne souhaite pas dire. D’ailleurs la science nous montre qu’il n’y a aucune similitude entre sommeil, hypnose et éveil.

En transe, vous êtes parfaitement conscient de votre environnement et vous pouvez entendre tous les sons environnants. A tout moment, un sujet peut sortir de transe si les propos qu’il entend ne lui conviennent pas.

L’hypnose n’est pas indiquée pour les personnes souffrant de troubles psychotiques (schizophrénie, paranoïa, psychose maniaco-dépressive) ainsi que chez les personnes épileptiques.

Il est important d’aider le thérapeute à comprendre votre situation afin qu’il puisse intervenir au mieux.
Votre volonté et votre engagement seront déterminants pour la réussite de la séance.