• 56 rue Jean Moulin - 45210 Fontenay-sur-Loing
  • 06 87 27 02 35
  • Contactez-nous
Peurs et phobies

Peurs et phobies

Peurs et phobies

La peur est un mécanisme de défense naturel. C’est ce qui vous permet par exemple de ne pas vous approcher trop près du bord d’une falaise et plus généralement de réagir face à un danger. Nous avons donc tous des peurs et je suis tenté de dire : heureusement !

  • Nombre de séance(s) : Selon l'importance de la phobie.
  • Durée du protocole : 1h30.
  • Coût du protocole complet : 50 € la séance.

Certaines peurs sont innées et d’autres ont été apprises au gré de nos expériences. La plupart des peurs sont utiles car elles nous permettent de survivre et de nous alerter pour que l’on s’adapte à une situation dans un environnement donné. Mais il arrive qu’une peur devienne un frein, voire un handicap pour avancer dans la vie et faire de nouvelles expériences.
Certaines personnes peuvent ainsi avoir une peur panique de l’eau pour une raison qui leur échappe. D’autres ont peur de vomir ou peur du vide.

En général, la peur se ressent dans le corps et les sensations peuvent être proches de ce que ressent une personne angoissée. Cela s’explique assez simplement… la peur génère du stress et ce stress est là pour nous alerter. Rien de surprenant finalement à ce que les sensations soient proches ou les mêmes qu’un autre type de stress. Et la différence avec la phobie alors ?
Les deux sont très proches, mais l’un des éléments importants qui distinguent la peur de la phobie est l’irrationalité d’une phobie. Comme dit précédemment, la peur est avant tout présente pour nous protéger d’un danger. Dans le cas d’une phobie, cette peur est irrationnelle ou totalement démesurée.
Prenons par exemple la phobie des araignées, dans notre pays la grande majorité de ces petites bêtes est inoffensive pour l’Homme. Même si dans certains pays il existe des espèces venimeuses, saviez-vous que seules une dizaine d’espèces sont dangereuses pour l’Homme sur les 40 000 espèces connues ? Vous aurez beau le dire et le répéter à une personne souffrant d’arachnophobie, cela ne changera pas son comportement.
Au regard de ces éléments, la peur des araignées peut être considérée comme une phobie. D’ailleurs, à voir la réaction de peur panique et parfois même de crise d’angoisse de certaines personnes à la vue de cet animal, il s’agit bien là d’une phobie.

Sous hypnose, l’inconscient est capable de prendre en considération les informations conscientes et rationnelles pourchanger sa perception du potentiel danger.

D’autres phobies existent et je ne les listerai pas toutes, mais citons par exemple : la phobie de l’avion (aerophobie), la phobie des espaces (claustrophobie et agoraphobie).

Les phobies sont très communes. Environ 10% de la population en sont atteints. 5% des personnes font même des attaques de panique, à un stade de leurs vies, déclenchées par une phobie. La médecine conventionnelle a peu de recours face aux phobies, si ce n’est le fait de prescrire un antidépresseur. L'hypnose peut, quant à elle, la plupart du temps, éliminer ou soulager la phobie.

Une anamnèse pour comprendre la peur et/ou la phobie suivie d'une séance d’hypnose.
L’hypnose permet de travailler directement sur notre inconscient et de changer la perception de sa peur pour revenir à l’évidence d’une vie normale.

Selon l’importance de la phobie

Le traitement des phobies par l’hypnose est une méthode naturelle qui va permettre à votre inconscient de modifier le niveau de stress à générer face au stimulus considéré comme un danger, et donc le comportement à adopter.

L’hypnose ericksonienne est une méthode permissive, ce qui veut dire que vous êtes la source de votre changement et que le praticien en hypnose ne vous force pas, ni ne vous implante ses propres idées.

Cette forme de thérapie brève vous permet d’accéder à votre inconscient afin de changer la perception du ou des événements à l’origine de la peur. Ainsi, votre cerveau analyse ce qui était à l’origine de la peur ou de la phobie sous un angle différent et modifie le comportement associé pour qu’il soit plus adapté.

Grâce à l’hypnose, les réactions devant le stimulus qui provoquait la peur sont atténuées voire, s’il n’y a plus d’utilité à cette peur, disparaître.

Tout le monde est hypnotisable, à l’exception de ceux qui refusent de l’être. Simplement certaines personnes réagiront plus vite et plus profondément que d’autres. De plus, il n’est pas nécessaire d’y croire pour entrer en état d’hypnose.

Vous ne pouvez être hypnotisé contre votre gré ou vos convictions. En état d’hypnose, vous êtes conscient et vous êtes libre de vos choix.

Après chaque transe, vous revenez à l’état normal de non transe comme l’on se réveille après une nuit de sommeil. D’ailleurs une personne hypnotisée n’est pas endormie et elle est prête à réagir en cas d’évènement important. La plupart du temps, c’est la personne qui ne veut pas revenir dans la réalité car un état hypnotique agréable peut donner envie d’y rester pour en profiter un peu plus.

Malgré l’origine grecque du mot "hypnos" signifiant “sommeil”, l’hypnose n’a en réalité rien en commun avec le sommeil, pas plus qu’avec l’état d’éveil ordinaire.
La personne qui vit la transe hypnotique ne dort pas, ni même ne dit ce qu'elle ne souhaite pas dire. D’ailleurs la science nous montre qu’il n’y a aucune similitude entre sommeil, hypnose et éveil.

En transe, vous êtes parfaitement conscient de votre environnement et vous pouvez entendre tous les sons environnants. A tout moment, un sujet peut sortir de transe si les propos qu’il entend ne lui conviennent pas.

L’hypnose n’est pas indiquée pour les personnes souffrant de troubles psychotiques (schizophrénie, paranoïa, psychose maniaco-dépressive) ainsi que chez les personnes épileptiques.

Il est important d’aider le thérapeute à comprendre votre situation afin qu’il puisse intervenir au mieux.
Votre volonté et votre engagement seront déterminants pour la réussite de la séance.